Apprendre: du Chaos à l’Harmonie

Accueil / Les actualités de l’académie / Apprendre: du Chaos à l’Harmonie

Un jour, alors que j’étais étudiant ingénieur et que je m’occupais du club des pianistes, j’ai eu le plaisir d’accompagner l’accordeur jusqu’à notre salle de piano. Un type charmant et souriant, d’origine indienne qui s’est tout de suite mis à oeuvrer à sa tâche. Quelques minutes après qu’il ait commencé et devant ma curiosité pour son travail, il me raconta ce qu’il était en train de faire ainsi que quelques annecdotes sur le piano:

“Vous saviez que chaque touche est composée de 37 pièces différentes !? Avec les 88 touches du clavier et le reste du piano, ça fait plus de 3000 au total !!”

apprentissage et hypnose - Académie Epione

Nous avons continué d’échanger à propos de musique, de nos pratiques, de nos passions et l’homme m’a alors confié quelque chose:

“Vous savez, vous, les occidentaux.., vous avez une approche de la musique très étrange pour notre culture.. vous commencez par apprendre le solfège, les notes, les gammes et je ne sais vraiment pas comment vous faites.. En Inde.. nous avons coûtume de dire.. pour apprendre à faire de la musique, on commence d’abord parécouter… jouer… expérimenter les sons.., etpetit à petit, la magie opère… Ainsi, des sons naissent les notes, des notes naissent les gammes et des gammes fini par naître l’harmonie.”

J’étais tout à fait d’accord avec l’homme et le suis toujours. J’ai commencé la musique avec un cursus “classique” mais faute de motivation, j’ai abandonné au bout de quelques années. Ce n’est qu’à mes 18 ans que j’ai redécouvert la musique d’une toute autre manière: l’improvisation !

Sur le piano familial, des heures durant je me laissais aller à l’expérimentation, parfois en m’inspirant de quelques accords repiqués ici et là, parfois en jettant littéralement mes doigts sur les touches du clavier, sans me soucier du résultat…

Très vite, j’ai trouvé dans cette pratique libérée plusieurs principes qui me semblent être l’enfance de l’Art de ce qu’est “apprendre”:

Tout d’abord, “faire n’importe quoi” sur le clavier m’amusait énormément, bien souvent cela sonnait faux et peu harmonieux… mais le plaisir de laisser aller mes doigts au rythme de ma respiration et de mes envies allait bien au-delà de toute l’éducation et du conditionnement de mon oreille musicale. Moins je me forcais à faire quelque chose de cohérent et plus je m’éclatais !

Au fur et à mesure de mes explorations; des harmonies, des rythmes, des mouvements particuliers commençaient à émerger du chaos. Piqué par la curiosité et l’enthousiasme de la nouveauté, je m’enpressait alors de les répéter, inlassablement, jusqu’à les avoir bien en main pour mes improvisations à venir.

Bien sûr, plus je faisais de nouvelles trouvailles, plus mon vocabulaire musical s’étoffait mais aussi plus j’avais tendance à voir se répéter certains motifs. Cela générait assez vite une sensation d’ennui puis de frustration en moi, ce qui me motivait à changer de rythme, de style, de gamme afin de donner un nouveau souffle à mon improvisation.

Avec le temps et les cycles successifs du chaos, de l’harmonie et de l’ennui, les barbouillages sonores de mes débuts ont murri pour prendre des couleurs riches et variées. Mes improvisations sont devenues l’expression de mes états d’esprit, de mes émotions et je me surprend parfois à jouer une heure durant sans prendre véritablement conscience du temps qui passe.

Aujourd’hui, la musique est devenue une part intégrante de mon être. Elle est pour moi une voie d’introspection et d’expression au même titre que peuvent l’être l’auto-hypnose et l’hypnose. Je ne me considère pas comme un “vrai” musicien mais dans mon plaisir auto-centré de l’improvisation, je remarque un écho enthousiaste des oreilles de passage, fussent-elles dans une gare ou un salon de thé, fussent-elles profanes ou expertes, certaines allant jusqu’à fermer les yeux et partir dans les “mots-sons” de leur être profond.

Dans mon chemin vers la musique, j’ai redécouvert un Art de l’enfance, celui d’apprendre. Je m’en inspire quand j’accompagne les autres avec l’Hypnose, cet Art de réapprendre autrement.

Dans ce témoignage, je ne dénigre en rien la discipline de la méthode dite “classique” d’apprentissage. Cette discipline est nécessaire et j’ai fini par y revenir. J’ai juste emprunté un chemin différent. Tout comme l’accordeur de piano dont je vous ai parlé au début.

D’ailleurs, je me souviens que l’homme a continué à me raconter des histoires sur son travail et sa culture. Dès qu’il eut terminé, il s’assit sur la banquette, la réhaussa légèrement et commença à poser ses mains sur le clavier pour jouer quelques notes.. je me souviens de son visage… il rayonnait de plaisir…

Partagez cet article sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *