Hypnose et cancer : des accompagnements intenses et bouleversants

Accueil / Les actualités de l’académie / Hypnose et cancer : des accompagnements intenses et bouleversants

Être praticien(ne) en hypnose c’est faire face parfois à des situations qui nous touchent profondément.

Bien sûr, il est possible de décider d’accompagner telle ou telle problématique et de choisir sa spécialité, en fonction de ce qui nous semble bon pour nous.

De mon côté, j’ai pris comme spécialité, l’accompagnement de la douleur. Il arrive que cela me mette dans certains cas, face à des souffrances que je n’imaginais pas.

Lorsque cela se produit, afin de ne pas me laisser envahir par mes propres émotions et pouvoir rester efficace, j’entre dans ce que j’appelle : “ma bulle protectrice”.

Le cancer

J’accompagne dans le cadre de cette spécialité, des personnes atteintes du cancer.

Malheureusement, très souvent, on fait appel à l’hypnose, en dernier recours, c’est-à-dire une fois que le corps médical n’a plus de solutions à proposer, pour soulager le malade.

Je me trouve alors dans un contexte particulier, où l’on me considère comme “le dernier espoir”. Pourtant, comme vous le savez le praticien en hypnose n’a pas de baguette magique !

Très souvent, la personne est, ou entre en soins palliatifs, ce qui en général signifie la fin de vie.

C’est une étape étrange, pour le malade qui passe par différents stades comme, le déni, puis la colère, la culpabilité pour enfin parfois, arriver à accepter. C’est aussi une période difficile pour l’entourage et il m’arrive de leur apporter aussi mon aide.

Quand je vois toute cette souffrance et en même temps l’espoir dans le regard de ces personnes, je ne peux que m’investir à 2OO % dans mon accompagnement, tout en gardant à l’esprit, que je dois également me protéger.

Lorsque la douleur s’apaise, que son intensité diminue, je ressens au fond de moi de la joie pour ces malades, mais aussi une grande reconnaissance envers ceux qui m’ont transmis leur passion de ce métier.

L’hypnose en plus des traitements.

L’hypnose vient en complément des traitements médicaux. Elle permet de soulager les douleurs, et d’améliorer l’état émotionnel lié à l’angoisse, la peur, la culpabilité.

L’hypnose permet à la personne de ne plus simplement subir en attendant la mort, mais de redevenir acteur de sa vie, en contrôlant mieux les symptômes de sa maladie. Cela a pour conséquence de renouer aussi un lien parfois altéré avec l’entourage (proches, et personnel médical).

L’acceptation

Accepter que l’on va mourir n’est pas si facile. La peur et les angoisses sont souvent présentes.

L’hypnose aide à voir les choses sous un angle différent. La mort apparaît plus comme un processus naturel que comme quelque chose de violent. Arrive ensuite le moment où la personne s’autorise à “laisser-faire”.

L’autohypnose

Quand elles ne sont pas trop “shooter” à la morphine, je leur apprends l’autohypnose, afin qu’elles puissent en mon absence faire face aux défis qui se présentent, en ayant une meilleure gestion du stress.

La fin de vie

séance d'hypnose sur une plage pour soulager les douleurs du cancer

Dernièrement, j’ai accompagné une personne vers cette fin de vie.

Elle souffrait énormément et menait depuis 11 ans, avec beaucoup de courage, une bataille acharnée contre la maladie.

Elle culpabilisait beaucoup, car se sentait coupable d’abandonner sa famille, responsable de leur peine.

Elle était épuisée et voulait juste un moment de repos.

Je savais qu’elle aimait particulièrement l’océan, avec le bruit des vagues et la plage de sable blanc, chauffée par le soleil.

Alors, je l’ai guidée en imagination sur cette plage. Elle s’est allongée au bord de l’eau. Elle ressentait la chaleur du sable, les rayons du soleil sur sa peau et les vagues justes à la bonne température qui venaient rafraîchir son corps.

Je lui ai demandé d’imaginer que chaque fois qu’une vague s’en allait, elle emportait avec elle, toutes ses douleurs, toutes ses peurs, ses angoisses, sa culpabilité pour simplement laisser la place à une merveilleuse sensation de quiétude et de sérénité.

Petit à petit, j’ai pu observer son visage qui s’apaisait, se lissait.

Son corps, jusque-là tendu, se relâchait. En imagination, elle revivait des moments extrêmement agréables pour elle et se sentait vivante. Un petit sourire est alors apparu sur ce visage fatigué.

Quelques jours plus tard, elle s’en est allée faire un long voyage vers un autre monde, l’esprit en paix, calme et sereine.

L’accompagnement en hypnose

Comme je vous l’ai déjà dit, le métier d’accompagnant en hypnose est à mes yeux, le plus beau des métiers.

Lorsque j’accompagne des personnes en fin de vie, je partage des regards, parfois quelques paroles, mais aussi des silences qui sont d’une rare intensité.

Ce sont des moments forts qui sont pour moi de véritables cadeaux.

Partagez cet article sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *