J’aimerai aller quelque part…

Accueil / Les actualités de l’académie / J’aimerai aller quelque part…

Au début du mois, j’ai lancé un concours sur un groupe Facebook. Le gagnant pouvait empocher 100€.

J’aurais même pu mettre en jeu 1000 ou 10000€ que ça n’aurait rien changé, je connaissais d’avance l’issue du jeu, et vous allez pouvoir vous rendre compte de pourquoi ce « jeu » est si important à comprendre dans vos séances et dans votre vie.

Un concours assez spécial

L’intitulé de ce concours était le suivant :

« J’offre 100€ à la première personne capable de trouver et réserver un moyen de transport qui m’amène dans l’endroit où je veux aller bientôt. »

Vous pouvez prendre quelques instants pour essayer de jouer aussi… et comprendre rapidement ce qui cloche ici.

Bien sûr, très vite les questions sont apparues pour savoir quelle était ma destination, dans quel type d’endroit je voulais aller, à quoi ça correspondait, comment c’était sur place, qu’est-ce que ça me ferait d’être là-bas, quand et pourquoi je voulais y aller, etc.

Le but de ce petit jeu

Est-ce que vous reconnaissez ces questions ?

Oui, ce sont exactement celles à (se) poser lors d’une détermination d’objectif.

Comme pour le jeu ci-dessus, tant que vous ne savez pas où veut aller votre client, vous ne pouvez pas l’y emmener.

Pire encore ?

Tant que lui ne sait pas où il veut aller… comment voulez-vous l’accompagner ?

Je me demande toujours comment font les accompagnants qui acceptent de travailler directement sur une demande comme « je veux avoir confiance en moi »…

J’en vois tellement qui construisent une belle métaphore à partir de là.

Ou qui font vivre des situations imaginaires à leur partenaire en pensant sûrement que la confiance doit ressembler à ça.

Certains utilisent le classique (et puissant) nettoyage de printemps pour débarrasser la personne de ce qui l’encombre pour être plus confiant.

Et tellement d’autres techniques, mais…

Comment travailler sur la confiance tant que la personne elle-même ne sait pas ce que c’est ou ne se le représente même pas ?

Tant qu’elle ne décrit pas ce que serait la confiance pour elle, dans quelles circonstances, dans quels moments de sa vie.

Comment cela s’exprimerait, qu’est-ce qui serait différent, qu’est-ce que ça changerait ?

Comment elle se sentirait physiquement, mentalement ,nerveusement, émotionnellement ?

Notre partenaire sait bien mieux que nous.

C’est à notre partenaire de construire SA confiance.

Pas à nous.

C’est à lui de découvrir ce dont il a besoin et s’il doit aller chercher autre chose ou plutôt se débarrasser de quelque chose.

Je ne dis pas que ces différentes approches ne fonctionnent pas…

Je dis simplement que la personne sait mieux que nous ce dont elle a besoin.

Et au moment où elle le trouve, tout est déjà presque là.

Partagez cet article sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *