Les pouvoirs de l’imaginaire

Accueil / Les actualités de l’académie / Les pouvoirs de l’imaginaire

J’ai rencontré Agnès en 2020 sur un protocole d’accompagnement pour la fibromyalgie. Je l’ai donc accompagné lors de séances d’hypnose, mais je lui ai aussi appris à utiliser l’autohypnose afin de trouver des solutions en dehors des séances.

Seulement, Agnès ne souffre pas uniquement de fibromyalgie, mais également d’un SED.

Le SED (syndrome d’Ehlers Danlos).

Le SED est une pathologie du tissu conjonctif, d’origine génétique, qui touche 75 % du corps.

Cette maladie porte le nom de 2 dermatologues (l’un danois Ehlers et l’autre français Danlos), affecte la production de collagène, une protéine qui donne l’élasticité et la force aux tissus conjonctifs, tels que la peau, les tendons, les ligaments, ainsi que la paroi des organes et des vaisseaux sanguins.

C’est la mutation de différents gènes qui seraient responsables des symptômes variables selon les différentes formes que peut prendre cette pathologie.

Agnès souffre de douleurs articulaires chroniques et d’une intense fatigue augmentée par la fibromyalgie. Même si les séances d’hypnose l’ont beaucoup aidée pour la fibro et les douleurs musculaires, les douleurs articulaires lui en font voir de toutes les couleurs.

Quand elle est en crise, elle porte des attelles aux poignets, aux chevilles, aux coudes, mais également des gants de compression afin de soulager ses doigts. La nuit elle porte également des attelles au deux bras.

Hypnose séance 1.

Il y a quelques semaines, alors qu’elle souffrait beaucoup et que l’autohypnose ne suffisait pas pour la soulager, je lui ai proposé d’aller à la rencontre de son ADN, et d’effectuer un travail sur ces gènes défectueux, qui sont responsables de toutes ces douleurs. Je l’accompagne dans cet état d’hypnose qu’elle connait très bien maintenant et l’emmène dans une transe profonde, en multipliant les approfondissements.

Ensuite, je demande à sa partie “inconsciente”, si elle sait qu’il y a dans son ADN des gènes endommagés qui la font souffrir. La réponse est oui.

Je demande à nouveau : “Serais-tu capable de réparer ces gènes qui ont subi des mutations anormales ?” La réponse est oui.

Alors je propose à Agnès d’imaginer qu’elle effectue un scan de son ADN et relève ainsi toutes les anomalies. Une fois ce travail effectué, elle demande à son inconscient d’aller effectuer les restaurations nécessaires. Pendant ce temps moi, je reste silencieuse et une fois que tout sera terminé elle me le dira.

Les réparations commencent. Le visage d’Agnès se crispe, ses yeux se contractent au point que je ne vois plus que deux traits. Ses mains se ferment, elle serre les poings, la respiration s’accélère… J’observe en silence. Je vois qu’il se passe quelque chose, bien que je ne sache pas quoi. Au bout de 5 bonnes minutes, les mains s’ouvrent, le visage se relâche, la respiration devient plus calme, les yeux se remettent en mouvement. Je lui demande si le travail est terminé. Elle me répond oui, des réparations ont été faites au niveau de la nuque. Je lui demande de refaire un scan afin de vérifier que tout va bien.

Une fois que tout est ok, je lui propose de faire un petit tour dans le futur afin de voir sa nouvelle vie de ses propres yeux. Elle le valide et je la ramène dans le présent.

Sortie de transe, Agnès m’explique qu’il s’est passé quelque chose dans sa nuque. Ce n’était pas douloureux, mais plutôt désagréable.

Une seconde séance est programmée 15 jours plus tard.

Séance 2

Agnès m’explique que ses douleurs ont beaucoup diminué et qu’elle se sent plutôt en forme. Je constate d’ailleurs qu’elle n’a ni attelle ni gants. Elle me dit cependant qu’elle a la sensation qu’il y a encore des choses à contrôler dans sa nuque.

Je l’accompagne à nouveau dans une transe profonde et je lui demande d’effectuer un scan. Elle me dit qu’il y a un point rouge dans la nuque. Alors je demande à cette partie d’elle-même, celle qui sait exactement de quoi Agnès à besoin pour aller mieux, d’aller finir le travail commencé il y 15 jours. Encore une fois, je reste silencieuse et j’observe.

Cette fois, les choses ont l’air moins désagréables, je remarque des micros-mouvements, au niveau des mains et du visage, les yeux ont un mouvement extrêmement rapide. Un travail se fait.

Conclusion

Je ne sais pas si notre inconscient sait ou pas ce qui est bon pour nous, mais je constate à quel point l’imagination peut être puissante et peut faire changer les choses. Je crois que parfois, le corps et l’esprit sont capables de “magie”…

3 semaines plus tard Agnès m’envoyait ce message :

“Il m’arrive maintenant d’oublier mes médicaments, alors que d’habitude il me tarde de me lever pour les prendre. J’ai beaucoup plus la pêche au réveil et moins de douleurs. J’appréhende également la vie différemment. Dès que je sens une alerte, je fais une séance d’autohypnose pour effectuer les réparations nécessaires et tout rentre dans l’ordre.”

Depuis ces 2 séances, Agnès n’a pas utiliser les attelles ni de jour ni de nuit.

Nos clients sont extraordinaires !

Hélène

Partagez cet article sur :

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.